Un texte de Ronan Chéneau que la comédienne lit tandis qu’Edward Aleman et Wilmer Marquez font assaut de prouesses. « Warm », c’est chaud. David Bobée signe la mise en scène tandis qu’est repris, en format resserré, « Elephant man ».

Il va faire chaud ! Vous êtes prévenus ! Tous ! Oubliez écharpes, manteaux, pulls… Un dispositif scénique qui dit la nuit et le mystère. Parfois, on pensera, au cours de ce moment à part, à un très étonnant voyage d’autrefois, sous la dalle de La Défense, avec Philippe Léotard et un texte de Bernard Noël…

Au fond un miroir qui reflète une partie du public de la salle Jean-Tardieu du Théâtre du Rond-Point et sur les côtés, deux murs de projecteurs. Le miroir est léger et articulé en plusieurs panneaux. Ce qui fait qu’à un moment, il se mettra à bouger. Plus exactement à trembler…

Dans la salle, cependant, on est pris de frissons malgré la chaleur qui monte peu à peu : frissons devant les exploits des deux acrobates. L’un, barbu, le porteur, l’autre, avec ses longs cheveux, celui qui s’envole, le voltigeur.

Wilmer Marquez, celui qui porte, reçoit, encaisse, et Edward Aleman, le voltigeur, ont déjà travaillé avec David Bobée. Ils viennent de Bogota. Leur duo de portés acrobatiques, El Nucleo, est né en Colombie il y a près de vingt ans. Ils ont affermi leur formation en France, en intégrant la 22ème promotion du Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne. Ils sont époustouflants et une heure durant ils se dépensent sans compter, allant jusqu’à imaginer quelques accrocs…Trop forts !

Derrière son lutrin installé au bord du plateau, côté cour, la belle Béatrice Dalle, pantalon bleu et solides bottines, tee shirt noir, cheveux mi-longs dissimulant en partie son visage, lit, de toute sa conviction, sa musicalité, son esprit, le texte de Ronan Chéneau, écrivain et collaborateur régulier de David Bobée, qui, depuis 2013 dirige le centre dramatique national de Normandie-Rouen.

Le texte est venu après la mise en place du décor et le travail avec les acrobates. Il a été conçu au cours des répétitions, ce qui ajoute à sa musicalité. Un texte érotique, mais assez léger, en fait. Chaud n’est pas torride.

Sensible et attentive, sérieuse mais rieuse, Béatrice Dalle dit le texte de Chéneau. DR.

Tandis que la chorégraphie époustouflante du duo des airs se déploie, Béatrice Dalle se déplace. Tourne autour de son lutrin. Bouge. Elle a un côté dompteuse de songes à la Leonor Fini…

Le tout ne dure pas même une heure. On a chaud ? Oui. Mais moins que les trois interprètes…On imaginait que les deux murs de projecteurs allaient s’allumer complètement, mais non…C’est plus nuancé ! On a parfois eu plus chaud et été aveuglés au cours de certains spectacles, justement avec ces murs de projecteurs…

A peine sera-t-elle sortie du Rond-Point que Béatrice Dalle pourra retrouver Les Folies Bergère, où, avec JoeyStarr, et sous la direction de David Bobée, elle a repris Elephant man dans une version resserrée et sans entracte.

Théâtre du Rond-Point, à 19h00, du mardi au dimanche, jusqu’au 5 janvier. Durée : 55 minutes. Créé aux « Nouvelles Subsistances » de Lyon dans le cadre du festival Les Intranquilles. Réservation au 01 44 95 98 21

Relâches les lundis et les 15 et 25 décembre ainsi que le 1er janvier.

Folies Bergère, jusqu’au 14 décembre. Tél : 08 92 68 16 50.

Pas encore de commentaires

Comments are closed