Valérie Lesort et Christian Hecq, qui est Monsieur Jourdain, signent la mise en scène étonnante du chef-d’œuvre, s’appuyant sur une équipe artistique exceptionnelle.

Doubles retrouvailles : la plus fameuse troupe de France retrouve son berceau, la salle Richelieu, après quelques mois à Marigny, travaux obligent et fermeture pour cause de pandémie. La troupe retrouve aussi l’une des plus célèbres pièces de son cher patron, Molière. Les mises en scène du Bourgeois gentilhomme ont marqué l’histoire de la Ruche. Comme les interprètes de Monsieur Jourdain. Et pour n’en citer que trois, rappelons Louis Seigner et son autorité bonhomme, Roland Bertin et l’enfance de son regard émerveillé, Michel Robin, sa voix plaintive et son entêtement.

Découvrant ce spectacle exceptionnel, très original, très fidèle malgré les ruptures, on a pensé aussi, fugitivement, à Jérôme Savary et à Jérôme Deschamps. Deux tempéraments cocasses et tragiques.

Nicolas Lormeau, maître de musique, et Gaël Kamilindi, maître à danser, encadrent un Monsieur Jourdain passionné par le savoir…Et aussi élégant qu’une marotte…Photographie de Christophe Raynaud De Lage / Collection Comédie-Française. DR.

Mais ici, tout est très personnel et l’on retrouve au fil de la représentation qui file à toute allure, les éléments qui fondent l’esthétique et l’éthique des deux artistes singuliers que sont Valérie Lesort et Christian Hecq. Au Vieux-Colombier, on leur doit le merveilleux 20.000 lieues sous les mers, et ce sont eux qui ont fait crouler de rire le public des Bouffes du Nord avec leur adaptation de La Mouche. Sans parler du Cabaret horrifique et de grands ouvrages lyriques, vus notamment salle Favart. Un duo d’exception : ils aiment la magie, elle imagine des marionnettes enchantées avec Carole Allemand, ici présente. Ils connaissent la musique et, première surprise, c’est une petite formation de cuivres qui apparaît au balcon d’avant-scène en ouverture de ce Bourgeois gentilhomme. Mich Ochowiak et Ivica Bogdanic ont transposé le grand Lully. Vous reconnaîtrez les airs, mais la couleur, pour baroque puisse-t-elle être, est éclatante, fracassante. Un peu dans les tons Balkans, accordée aux tempéraments d’aujourd’hui. De quoi galvaniser interprètes et public. Bogdanic est présent et joue un moment son accordéon en plus des percussions. Les autres, saluons-les, Julien Oury, trombone et tuba, Alon Peylet, trompette, trombone et tuba, Victor Rahola, hélicon, Martin Saccard, trompette.

Toute la maisonnée s’inquiète…Sylvia Bergé, Laurent Stocker, Véronique Vella, Géraldine Martineau, Yoann Gasiorowski. Photographie de Christophe Raynaud De Lage. DR.

D’entrée une autre référence culturelle apparaît : discrètement dans le premier costume de Jourdain, puis très clairement à la fin, dans le carnaval éclaboussant qui va abandonner Monsieur Jourdain, floué, tellement triste, figure de pauvre marotte oubliée au bas d’un escalier. C’est la Belgique. Celle de Christian Hecq d’ailleurs. La Belgique des poètes, de l’esprit, du rire fort, de la mélancolie profonde.

Il faudrait des pages pour rendre compte de ce grand travail auquel est associé l’essentiel Eric Ruf qui signe une scénographie boîte magique sur deux niveaux, très noire mais claire et qui se dore au moment de l’accueil de la marquise. Noir et or, comme le baroque, comme les Flandres, ce que les lumières de Pascal Laajili soulignent avec délicatesse. Les costumes imaginés par Vanessa Sannino sont formidables, soumis à l’esthétique d’ensemble. Un baroque tirant jusqu’à la « fantasy ».

Ce qui est beau dans la conception que l’on nous propose ici de Monsieur Jourdain, c’est qu’il n’est pas un pauvre bouffon, mais un homme simple, sincère, qui veut apprendre. Et pas seulement pour être « gentilhomme », mais plutôt pour être « honnête homme ». Cela ne l’empêche pas d’être insupportable, odieux avec sa maisonnée, voire méchant, victime aveuglée du flagorneur comte, l’amant de la Marquise Dorimène, et qu’en grand naïf il aime sincèrement…

 

Voici la maison transformée en palais d’or…Et l’entrée de Joudain…qui espère bien faire fondre la marquise, Françoise Gillard et impressionner le comte, Clément Hervieu-Léger. Photographie de Christophe Raynaud De Lage. DR.

La distribution réunie est remarquable. La plupart des interprètes, ici, en plus de leurs rôles, manipulent les marionnettes, font de la musique, chantent. Reconnaissez-vous d’emblée Véronique Vella en petit garçon qui chante à ravir, avant d’enfiler les jupons de cette insolente de Nicole, la servante ? Sylvia Bergé, qui domine d’une bonne tête son époux, est une Madame Jourdain, exaspérée mais sincèrement inquiète…Elle aussi chante à ravir en musicienne. Françoise Gillard, que l’on applaudit dans le monde de Lagarce au Studio (Music Hall) est une ravissante, irrésistible marquise, une apparition de fée, merveilleusement accordée à la grâce de Clément Hervieu-Léger qui compose un comte cynique et méprisant, tel que l’a écrit Molière.

Les grands morceaux de bravoure sont bien sûr les leçons. Elles sont fabuleusement réglées et jouées. Le maître de musique de Nicolas Lormeau, perruque bientôt en bataille, est formidable, comme l’est Gaël Kamilindi, fin, délié, féminin, en maître à danser, puis en maître tailleur. Le jeune Jean Chevalier est un fougueux et dangereux maître d’armes. Et puis il y a Guillaume Gallienne, chauve et longues mains, doigts effilés et éloquents, comme un Nosfératu, inquiétant maître de philosophie, exerçant avec on ne sait quel démoniaque ascendant sur son élève. Quel grand théâtre !

Laurent Stocker est le vif et décidé Covielle, le valet qui prend les choses en mains, pour que la maison ne sombre pas dans la folie de Joudain. Il est aussi le Mufti, et s’amuse de tout son talent sérieux, son sérieux talent. Il protège les intérêts des amoureux, Cléonte, Yoann Gasiorowski, qui tient aussi son rang de musicien et de manipulateur de marionnettes. Pour ses premiers pas salle Richelieu, Géraldine Martineau, aussi sensible que fantaisiste, impose une Lucile, la fille du tyran domestique, enfantine mais pas bête…

Tout ceci dit bien vite, pour mille et un détails, dans le jeu, dans les inventions –on vous laisse la surprise des marionnettes…-dans les circulations, les accélérations, et les transformations d’humeur. Elles suivent évidemment les pas, souvent affolés, du grand Christian Hecq. Un génie comique et un être d’une sensibilité immense qui défend son Jourdain de toute son humanité, de sa vivacité et de son intelligence radieuse et intime de Molière. De son sens du partage, aussi. Les scènes sont d’autant plus fortes, qu’elles sont harmonieusement jouées, comme des parties nerveuses. Les regards si changeants de Christian Hecq, son expressivité, visage, voix, corps, donnent à ce Bourgeois gentilhomme une force enthousiasmante. Et aussi drôle que grave.

Comédie-Française, salle Richelieu, à 20h00. En alternance, jusqu’au 25 juillet. Durée : 2h20 sans entracte. Tél : 01 44 58 15 15.

www.comedie-francaise.fr Avec le calendrier détaillé des représentations.

Pas encore de commentaires

Comments are closed