La décision annoncée jeudi soir dernier a jeté chacun dans le désarroi. Mais dès le lendemain, Adrien de Van entamait, avec le conseil de Maître William Bourdon et Maître Vincent Brengarth, une procédure devant le Conseil d’Etat.

Tout le monde s’était préparé très sérieusement à une réouverture des salles le 15 décembre. Dans les jours qui avaient précédé, quelques indices avaient laissé entendre que les choix du gouvernement seraient durs.

On peut ici témoigner, ayant assisté chaque jour, du 1er septembre (réouverture des premiers théâtres), jusqu’au 29 octobre inclus, veille du deuxième confinement, à des spectacles, que toutes les précautions étaient prises, et que le public, au rendez-vous, se pliait de bonne grâce à ces contraintes. A Paris, dans la région parisienne et dans les régions, lors de représentations programmées dans les théâtres ou lors de la semaine d’art en Avignon, pourtant bousculée par le coure-feu puis par le deuxième confinement, ce fut partout la même rigueur dans les dispositifs, et le même plaisir pour les spectateurs et pour les organisateurs et artistes, acteurs, musiciens, toutes les équipes, techniciens, administrateurs, etc…

En l’absence de la ministre de la Culture dont la profession attendait tant, et qui, au lendemain des annonces de Jean Castex, a déclaré, au micro d’un journaliste à la télévision qu’il aurait été terrible de rouvrir le 15 décembre pour refermer quelques jours plus tard…Elle a simplement avancé qu’elle avait réussi à obtenir une rallonge de 35 millions d’euros, en plus de sommes conséquentes déjà débloquées.

Mais ce qui manque aux artistes, aux techniciens, aux administrateurs des lieux, c’est le travail. La rencontre avec le public, le sens de leurs engagements.

Dès le vendredi 11 décembre, Adrien de Van, directeur du Théâtre de Paris-Villette, a annoncé qu’il allait, conseillé par William Bourdon et associés, lancer des recours.

Mardi 8, au jour des manifestations, notamment à la Bastille, et devant le Théâtre de l’Atelier, comme partout en France, Maître William Bourdon et Maître Vincent Brengarth, ont déposé les premiers recours.

De nombreux responsables d’établissements et des artistes ont rejoint cette démarche. Nous suivons bien entendu cette procédure. Le spectacle vivant est de toutes manières, comme le cinéma, mis à mal par le couvre-feu de 20h00 à 6h00 du matin. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas répliquer.

Texte du communiqué

Les avocats Vincent Brengarth et William Bourdon ont déposé hier devant le Conseil d’Etat les premiers recours contre la décision du gouvernement de maintenir fermés l’ensemble des établissements culturels.
D’autres recours devraient suivre dans la journée, notamment ceux annoncés par la Fédération nationale des cinémas de France (FNCF) et par la Société des Auteurs Dramatiques (SACD) avec le concours des Centres Dramatiques Nationaux, des Scènes Nationales et des principales organisations syndicales représentatives secteur privé et public réunis…
C’est l’ensemble de la culture à l’échelle nationale qui se mobilise pour demander un droit à la culture et limiter les conséquences catastrophiques de la crise en écho aux compagnies, artistes, techniciens, salariés, créateurs, dont la pérennité est gravement menacée.


Cette démarche est portée par un appel de plus de 4500 professionnels de la culture dont, parmi les premiers signataires :

Adrien de Van (Théâtre Paris-Villette), Laurence de Magalhaes & Stéphane Ricordel (Monfort Théâtre), Laëtitia Guédon (Les Plateaux Sauvages), Colette Nucci & Lucas Bonnifait (Théâtre 13), Jean-François Munnier (L’Etoile du Nord), Anna Mouglalis (Actrice), Laure Calamy (Actrice), José-Manuel Gonçalvès (Le Centquatre), Sandrina Martins (Carreau du Temple), Laetitia Dosh (Actrice), Pauline Bureau (Metteure en scène), Johanny Bert (Metteur en scène), Camille Chamoux (Actrice), Jean-Michel Ribes (Metteur en scène – Directeur), Camille Cottin (Actrice), Anne-Laure Liégois (Le Festin Compagnie), Charles Berling (Acteur Directeur), Noémie Lvovsky (Réalisatrice), Ito Kaori (Chorégraphe danseuse), Nicolas Maury (Acteur-réalisateur), Nicolas Bouchaud (Comédien), Catherine Corsini (réalisatrice), Marianne Denicourt (Comédienne), Pierre Maillet (Les Lucioles), Jean-Louis Martinelli (Metteur en scène), Aure Atika (Comédienne), Christine Citti (Comédienne), Natalie Dessay (Chanteuse-comédienne), Mathilda May (Auteur-metteur en scène), Karin Viard (Comédienne), Thomas Quillardet (metteur en scène), Lionel Abelanski (Comédien), Noël Mamère (Journaliste), Pascale Arbillot (Comédienne), Caroline Guiela Nguyen (Metteure en scène), Cyril Teste (Metteur en scène), Bruno Solo (Comédien), Florence Thomassin (Actrice), Catherine Arditi (Comédienne), Aurélien Bory (metteur en scène), Dominique Pinon (comédien), Sonia Rolland (actrice, réalisatrice), Pascale Arbillot (comédienne), Julie Ferrier (artiste), Johann Le Guillerm (directeur artistique), Rodolphe Burger (Artiste), Anouk Grinberg (Comédienne), Jeanne Balibar (Comédienne), Olivier Balazuc (Comédien-Metteur en scène), Rachel Arditi (Comédienne), Laurent Tirard (auteur- réalisateur), Cécile Garcia Fogel (Comédienne), Cyrielle Clair (Comédienne), Agnès Troly (Festival d’Avignon), Jean-Xavier de Lestrade (réalisateur), Léa Drucker (comédienne), Benoit Lavigne (Théâtre de l’Oeuvre / Lucernaire), Laurent Cantet (Cinéaste), Béatrice Dalle (Actrice), Natacha Régnier (Comédienne), Marina de Van (Auteure – réalisatrice), Mathilde Seigner (Comédienne), Celine Sallette (Comédienne), Nadia Roz (Comedienne), Christophe Rauck (Théâtre du Nord), Nicolas Royer (Scène Nationale de Châlon-sur-Saône), Emmanuelle Bercot (Réalisatrice), Simon Abkarian (Acteur), Phia Menard (Artiste), Sara Giraudeau (Comédienne-metteur en scène ), Igor Mendjisky (Metteur en scène ), Vincent Macaigne (Acteur / auteur / réalisateur / metteur en scène), Joséphine de Meaux (Actrice réalisatrice), Eric Soyer (Scénographe)…
 

Pas encore de commentaires

Comments are closed