Un comédien très doué a passé le concours de professeur des écoles et enseigne en CM1. Il raconte sa plongée dans une classe … par un spectacle !

Sébastien Bravard est un comédien que l’on a très souvent applaudi. Un comédien très doué, formé chez Claude Mathieu et au TNS, voies royales. On ignorait tout de cette nouvelle vie, cette double vie qu’il dévoile avec une sincérité et une sensibilité bouleversante, avec esprit, humour, aussi, dans Elémentaire, un solo qu’il a écrit et interprète.

Un très bon maître, Sébastien Bravard ! Photographie PALAZON.

Il est mis en scène par Clément Poirée, metteur en scène original et directeur du Théâtre de la Tempête depuis 2017. Collaborateur de Philippe Adrien, il connaissait depuis un certain temps Sébastien Bravard qui jouait dans Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark Haddon et avait demandé de ne pas faire toute la tournée : il avait déjà entamé le chemin qui le ramenait l’école. L’école de la République, l’école dont le comédien, très demandé, sans aucun problème d’emploi, pensait qu’elle pouvait être pour lui un moyen d’être encore plus utile.

Ce sont les attentats qui ont conduit cet artiste exigeant à chercher autre chose que le jeu.

En 2016, il obtient son titre de « professeur des écoles » (on ne dit plus « instituteur », mais les élèves, rassurons-nous, l’appellent « maître » !). En 2017, il dirige sa première classe de CM1. Vingt-sept élèves, dans une école de Villejuif.

Sébastien Bravard a écrit ce récit délié, vif, aimant, spirituel qui raconte cette expérience inaugurale ;  n’en disons pas beaucoup plus car tout vibre et palpite dans ce moment bref et passionnant. Tout commentaire serait superflu car l’art d’écrivain de Sébastien Bravard est de ne rien surligner. Il raconte et suggère, il a une juste distance par rapport à lui-même.

Un visage ouvert, un regard clair et bienveillant. Photographie PALAZON.

Clément Poirée a pris connaissance d’Elémentaire par les lectures qu’en a faites l’auteur-interprète. Il dirige avec tact et tendresse le comédien. Une scénographie simple d’Erwann Creff, des lumières et une régie attentive de Carlos Perez, de la musique, du son de Stéphanie Gibert. Belle équipe !

L’interprète, fin comme un adolescent et irradiant une pureté, une bienveillance qui fait de lui un « maître » aimé, nous rend palpable et les angoisses, et les joies, et le bouillonnement perpétuel de son métier.

Ses élèves ont une dizaine d’années. Par de petites touches, des anecdotes à peine effleurées, on saisit la réalité de l’école et celle de la société française. Mais c’est léger, discret.

C’est un merveilleux moment de théâtre, puissant. Du théâtre service public, utile complètement divertissant, drôle, revigorant.

Théâtre de la Tempête, à 20h30, jusqu’au 9 juillet. Durée : 1h15.

Tél : 01 43 28 36 36.

Pas encore de commentaires

Comments are closed