Sous le titre anglo-saxon de Sleeping , Serge Nicolaï met en scène une adaptation du roman Les Belles endormies. Le grand comédien japonais, très bien entouré, bouleverse.

Il y a des titres qui font rêver, séduisent. Les Belles endormies du grand romancier japonais Yasunari Kawabata, fait partie de ces titres. Le roman, publié en France en 1970 dans une traduction de René Sieffert (chez Albin Michel), a bouleversé. Il avait frappé le Japon dès 1961. En 1968, Yasumari Kawataba serait le premier écrivain japonais à recevoir le prix Nobel de Littérature.

Très bel usage des images. Photo DR Maria Vittoria Belingeri.

Faisons bref : Serge Nicolaï est passé par le Soleil. Il en possède le goût de la beauté et de la discipline. De l’accueil également. Et lorsque l’on pénètre dans le hall du Monfort Théâtre, on peut admirer, sur un long portant, des vêtements japonais, larges manches des kimonos de soie, mais pas seulement. Et des sashimono(指物), sont très présents. Des bannières, des écritures qui éclairent ceux qui savent les décrypter mais qui émeuvent chacun,,,

Photo Serge Nicolaï DR

Nous reparlerons plus longuement de ce spectacle très beau et énigmatique, joué en japonais et en français, et qui s’appuie sur la personnalité forte de Yoshi Oïda, que l’on connaît par ses livres et ses rôles notamment dans la troupe de Petr Brook mais aussi par ses spectacles avec des amis, telle Kaori Ito.

Un vieil homme, une jeune fille DR Maria Vittoria Belingeri.

Bref, nous étofferons ce court article. L’ensemble de la distribution est excellent avec Yumi Fujimori, Jennifer Skolovski, Carina Poussaz, Matthieu Rauchvarger.

Le Monfort, jusqu’au 6 novembre. A 20h30 et le dimanche à 16h00. Relâche le 1er novembre. Durée : 1h05. Tél : 01 56 08 33 88.

www.lemonfort.fr

Pas encore de commentaires

Comments are closed