Jean-Marie Besset reprend le premier volet de ces portraits qu’il consacre à des figures connues depuis l’enfance. De Limoux aux Nations Unies en passant par l’Afrique, itinéraire d’un homme rare.

Ce moment très singulier et émouvant, ce solo, ce monologue porté par Jean-Marie Besset, qui l’a écrit et l’interprète sous la direction de la fine Agathe Alexis, avait été vu à Paris, il y a quelques saisons, au Théâtre de l’Atalante. Une chorégraphie de Jean-Marc Hoolbecq, des lumières de Stéphane Deschamps, donnent au spectacle une qualité certaine.

Très élégant, Mister Paul. Une photographie de Jean-Marie Besset par Raymond Delalande. DR.

C’est une figure de Limoux, la ville de naissance de l’écrivain qui y a fondé le fertile festival NAVA : « Nouveaux auteurs dans la vallée de l’Aude ».  Tout le monde aime NAVA, de Judith Magre à Stanislas Nordey, on y a applaudi nombre de grands artistes et découvert de très beaux textes dont certains ont connu ensuite des productions solides.

Monsieur Paul s’intitule le monologue. Paul est de la génération des parents de Jean-Marie Besset. D’ailleurs, au tout début du texte, on « entend » des camarades de jeunesse de Paul : Loulou, c’est Loulou ! La maman de Jean-Marie Besset, alors jeune étudiante en pharmacie, sans doute.

Sur le plateau idéal du Petit-Montparnasse, peu de décor, mais juste ce qu’il faut pour évoquer l’Afrique puis l’Amérique, après Limoux. On ne vous dévoilera pas ici les questions que se pose, à l’orée de sa vie d’adulte, cet homme tellement touchant et digne, paumé et lucide en même temps, qu’est Monsieur Paul.

Il n’y a pas que la joie que nous raconte Mister Paul….Photographie de Raymond Delalande. DR.

On vous dira simplement que sa vie le conduit en Afrique et d’Afrique aux Etats-Unis dans des postes très importants qui le font grandir, l’affermissent, sans jamais entamer sa douceur humaine. Un homme douloureux et plein d’esprit. Intelligent, hyper sensible. Un homme un peu isolé, en Afrique, se raccrochant à un couple qui le protège et supporte ses rêves, fussent-ils dérangeants.

New York lui conviendra mieux. A la fin, il reçoit un jeune homme qui fait son service national en étant attaché culturel à l’Ambassade de France…Et l’on reconnaît Jean-Marie Besset.

Comédien délié, il prend l’accent de son pays. Il maîtrise chaque nuance de son texte. Il célèbre un être qu’il a connu et qui était très bienveillant. Dansant, chantant, Jean-Marie Besset évoque avec grâce, humour, tendresse cet être si bouleversant que fut Monsieur Paul, Mister Paul. Cet homme si bon n’est plus là mais il demeurera longtemps dans nos mémoires, avec son côté d’un autre temps, son élégance, sa gentillesse. Et son courage moral. Un grand personnage pas fait pour la notoriété, la gloire. Un héros de notre temps, pourtant.

Petit Montparnasse, jeudi, vendredi, samedi 20h00. Matinée le samedi à 17h00 et le dimanche à 15h00. Durée : 1h20. Tél : 01 43 22 77 74. www.theatremontparnasse.com

Pas encore de commentaires

Comments are closed