A la Villette, une fête foraine, et des spectacles rares et inoubliables, signés Akram Khan ou Xavier Veilhan et Stephen Thompson.

Lumières, couleurs, chaleurs, fracas des wagons des chemins acrobatiques, cris des passagers dans les grands virages ou les accélérations, odeurs de sucre qui flotte dans l’air…La fête foraine bat son plein sur le parvis de la Grande Halle de la Villette, entre conservatoire et Philharmonie, tout autour de la fontaine aux lions.

Un petit air du Nord, un petit air de joie de ch’nord…Chaleureuse et populaire entrée en matière…et, plus loin, dans les salles de la Grande Halle, des spectacles magnifiques, signés par de très grands artistes. Engagés, d’avant-garde, ultra-sensibles et très personnels.

Dans la grande salle, jusqu’à cet après-midi, dimanche 22, le danseur et chorégraphe britannique Akram Khan, présente une pièce bouleversante qu’il propose comme son ultime solo. Xenos évoque le destin des soldats indiens qui furent engagés dans la première guerre mondiale, avec les armes de l’Empire britannique.

Photo de Jean-Louis Fernandez DR

Fruit d’une commande, ce thème de la guerre de 14, l’immense artiste dont on a applaudi une superbe création, l’été dernier, dans la cour d’honneur du palais des papes, au festival d’Avignon, en a fait un moment à la fois très personnel et très universel. Intime et exposé.

Tout commentaire serait trop lourd face à tant de grâce et de gravité. De la danse, mais aux frontières, comme toujours avec Akram Khan, du théâtre, du récit, du conte. Une scène qu’il partage avec des musiciens/comédiens en une joute fascinante à l’orée de la représentation elle-même. On comprend tout sans rien connaître du sens exact des paroles échangées. Bouleversant.

Autre image, autre atmosphère saisie par Jean-Louis Fernandez DR

Et d’autant plus bouleversant, évidemment, que ce danseur fin et délié, très expressif à la présence délicate, annonce son ultime apparition, à l’âge de 45 ans.

Moins grave, mais tout aussi fascinant est le spectacle proposé par l’artiste plasticien, poète des formes, qu’est Xavier Veilhan. Il retrouve cette blancheur qui lui est souvent familière, avec un plateau qui est une … patinoire. Elle est installée juste derrière l’espace où se donne Xenos.

Dans un angle d’une salle carrée où des gradins sont installés sur trois côtés, se tient Xavier Veilhan. Il dessinera tandis que sur le plateau glacé, le vif Stephan Thompson, danseur autant que patineur, dessinera des figures très rigoureuses. Le titre du spectacle est Compulsory Figures. Ce spectacle également ne se donne que jusque dans cet après-midi. Mais sans doute le reverra-t-on, ici ou là.

On est fasciné par le mouvement, la beauté déliée du danseur-patineur, et les dessins qu’il trace.

Sur les écrans disposés dans la salle, une introduction en extraits de films venus d’horizons très différents, en noir et blanc ou en couleurs. Buster Keaton est présent. Images d’histoire, aussi. On s’envole.

Et puis surgit le dessinateur de la glace. Un moment, il changera de tenue, passant du noir à l’orange. Dans des lumières flottantes, on déchiffre les formes, souvent tracées en miroir. On se laisse porter, fasciné, on se laisse envahir par des impressions diffuses tandis qu’à un moment une chanteuse accompagne la représentation. Angèle Prunenec, apparition furtive, ajoute à l’envoûtement général.

On pourrait appeler ce moment « performance ». Mais il y a un travail de construction très strict de la chorégraphie, une réflexion, un dialogue. Un moment à la fois très sophistiqué et accessible. Vif, bref, heureux mais avec un fond de mélancolie car on nous dit ici l’éphémère qui nous enveloppe…

Grande Halle de La Villette, Xenos à 16h00, durée : 1h10. Compulsory Figures à 15h00 et 18h00. Durée : 45 minutes.

Tél : 01 42 74 22 77 et 01 40 03 75.

Pas encore de commentaires

Comments are closed