Revoici l’interprète par qui les écrits de l’inventif et très érudit François Gremaud nous avaient été dévoilés, il y a deux ans et demi, à Avignon. Phèdre ! demeure un sommet d’intelligence dramatique.

C’était en 2019, vers la fin du festival d’Avignon, cette année-là. Cela se passait à la Fondation Lambert. On ne connaissait ni l’écrivain, ni son interprète. Cela s’intitulait Phèdre ! (le point d’exclamation est important, comme les trois points de suspension de Giselle… que l’on vient de découvrir)

Qui est-il donc ? Romain Daroles, homme à transformations subtiles. Photographie de Loan Nguyen. DR.

Le temps ne semble pas avoir passé : Romain Daroles est toujours aussi formidable. Il est le même, avec son jean et son tee-shirt blanc, avec pour tout accessoire un livre, et pour tout décor, une table rectangulaire. Il n’a pas vieilli. Sa performance est de l’ordre de l’exceptionnel. Et l’on n’exagère pas.

Photographie de Loan Nguyen. DR.

Longue silhouette, visage ouvert, mobile, habile aux grimaces et regards changeants, il s’appuie parfois sur sa montre : le spectacle dure une heure quarante chrono et on ne perd pas de temps ! Il s’agit donc de nous raconter la Phèdre de Jean Racine. C’est ce point d’exclamation qui fait la différence. Pourtant, croyez-le, François Gremaud, qui a composé ce texte avec beaucoup de malice, et une érudition tourbillonnante, a pensé cela pour l’enseignement, à la demande de Vincent Baudriller, ancien directeur du festival d’Avignon avec Hortense Archambault, et depuis directeur du Vidy-Lausanne.

Romain Daroles nous présente donc les personnages –il les « joue » tous- et nous explique la situation. Il retraverse toute l’œuvre de Jean Racine. Gremaud fait des coupes : ainsi le récit de Théramène est-il synthétisé ! Mais il analyse les protagonistes et Romain Daroles se délecte d’incises, de changements de ton, de régime. C’est un acrobate spirituel idéal et l’on voit mal qui pourrait être à la fois aussi virtuose et aussi cocasse.

Si près du public, et le prenant parfois à témoin ! Photographie de Loan Nguyen. DR.

Avec l’exemplaire de Phèdre ! qui est offert à chaque spectateur, à la fin, il caractérise chaque personnage et change de visage, de démarche, d’élocution ! Un étourdissant prodige dû à l’écrivain et au comédien. Rarissime. A voir et revoir !

Théâtre de la Ville / Les Abbesses, jusqu’au 31 décembre, dans le cadre du Festival d’Automne. A 17h00. Durée : 1h40. Tél : 01 42 74 22 77 ou 01 53 45 17 17.

Pas encore de commentaires

Comments are closed